Le tournage / fraisage OKUMA fait son entrée chez PMD VALLON : Qualité, Précision et Automatisation au service de l’aéronautique


La société VALLON a été créée à Bésayes (26300) en 1956 par René et Jacky Vallon. Il s’agit d’une petite entreprise de sous-traitance mécanique qui travaille essentiellement pour le secteur agricole. En 1999, les deux frères décident de fonder la holding VALLON SA et créent ainsi deux filiales dirigées par leurs enfants respectifs : Mylène Vallon est à la tête de ERM Vallon (machines spéciales), basée à Romans-sur-Isère. Son cousin Etienne Vallon dirige PMD Vallon (usinage de précision et outils spéciaux), basée à Bourg-de-Péage (26300). Les capitaux sont restés familiaux et les fondateurs sont toujours les actionnaires principaux du groupe qui compte aujourd’hui 70 personnes (50 chez PMD Vallon, 10 au sein de la holding et 10 chez ERM Vallon) et réalise un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros, dont 6,5 pour PMD Vallon.

Du secteur agricole à l’aéronautique avec technicité et précision sur toute la chaîne
L’activité initiale de sous-traitance mécanique agricole de PMD Vallon a évolué au fil des années. Tout d’abord vers le nucléaire, dans les années 60, avec des contraintes liées à l’apparition des normes et à la nécessité de produire des pièces de plus en plus techniques et précises. Plus tard, dans les années 70, l’activité s’oriente vers l’armement et l’aéronautique avec des contrats d’importance signés avec Matra et Eurocopter. Etienne Vallon précise : « Pour perdurer, il fallait être à la pointe et faire en sorte de devenir, par la technique, un fournisseur privilégié. »
A ce jour, l’aéronautique et l’armement représentent 80% du chiffre d’affaires avec, comme principaux clients : MBDA et Dassault puis Intertechnique (groupe Zodiac), Crouzet et SKF Aerospace. L’objectif d’Etienne Vallon étant de poursuivre le développement de son entreprise sur ce marché cible de l’aéronautique. Les commandes sont essentiellement des petites et moyennes séries de pièces en aluminium et en titane. Pour le reste, le médical représente environ 10% du chiffre d’affaires et les 10% restants sont réalisés dans différents secteurs. En 2001, afin de répondre à ses propres besoins d’outils coupants carbure monoblocs, PMD Vallon démarre une nouvelle activité de conception et de fabrication d’outils et s’équipe de 4 affuteuses CN. Depuis, cette activité s’est développée commercialement et auprès des carburiers et des usineurs du secteur aéronautique, jusqu’à représenter 20 % pour l’utilisation interne et 80 % de ventes en externe (www.outilscoupants.fr).

En 2008, avec notamment le projet de fabrication de nombreux Falcon 7x, l’avion d’affaires haut de gamme de Dassault Aviation, Etienne Vallon décide d’investir. Il explique : « Tout était au beau fixe en 2008 et il fallait sauter le pas : investir, acheter de nouvelles machines et recruter. Au total, nous avons réalisé 3 millions d’investissement. Et juste après, en 2009, la crise est arrivée, touchant le secteur aéronautique. Finalement, avec du recul, nous avons anticipé la sortie de crise. » Au niveau des locaux, en 2008, l’entreprise s’installe à Bourg-de-Péage sur 5200 m2. En 2010, PMD Vallon obtient les certifications EN9100, ISO13485 et ISO9001. De nouveaux centres d’usinage ont également investi l’atelier avec un intérêt particulier pour le centre de tournage/fraisage OKUMA Mac Turn 350 équipé de 9 axes – 2 broches – 2 tourelles et 188 outils (diam. 300 x 1600), commercialisé en France exclusivement par la société COdeM.

OKUMA Mac Turn 350, le top de la rigidité, de la qualité et de la précision.
PMD Vallon fait le choix de COdeM/OKUMA en 2008 après avoir rédigé un cahier des charges comprenant des pièces tests et consulté plusieurs constructeurs de machines-outils. Les pièces tests devaient être usinées en tournage/fraisage, dans des matériaux durs avec une grande précision. Une première sélection a retenu deux constructeurs qui ont été visités. Les critères de choix étaient, en tout premier lieu, la qualité, puis le prix et enfin le délai de livraison de la machine. Etienne Vallon ajoute : « Nous sommes allés au Centre européen d’OKUMA à Krefeld, en Allemagne. Et je peux vous dire que quand on déshabille une machine, il y a des choses qui ne trompent pas. La rigidité de la machine OKUMA Mac Turn 350 a vraiment fait la différence. » Des tests d’usinage ont été effectués sur place. Il s’agissait, par exemple, d’un outil long avec porte à faux et de mesurer les vibrations. M. Vallon précise : « Comparée aux machines des autres constructeurs, le ‘Thermo Friendly Concept’ d’Okuma a également fait la différence pour ce qui touche à la maîtrise des échauffements thermiques. Par ailleurs, nous avons constaté l’expérience, le savoir-faire et la force de développement d’Okuma concernant la Commande Numérique. Il n’y pas d’équivalence sur le marché. Enfin, nous connaissions la réputation des machines OKUMA et leur longévité en tournage. On a choisi le top tout de suite. » Neuf mois plus tard, la machine était livrée, avec toutes les options choisies. OKUMA a fait son entrée dans l’atelier de PMD Vallon qui compte une vingtaine de machines-outils à commande numérique.

Un défi technique avec COdeM/OKUMA : réduire le cycle de fabrication et automatiser
Les pièces usinées sur OKUMA Mac Turn 350 sont, par exemple, des pièces hydrauliques de commande de vol pour Dassault et toutes les pièces de système de circulation du carburant pour Intertechnique. Pour MBDA, il s’agit d’éléments de structure du missile (intérieure/extérieure) et aussi de montage de sous-ensembles. PMD Vallon travaille beaucoup en lopins sur le tour et aussi pour les pièces de fonderie. L’usinage est réalisé en 5 axes simultanés et surtout en 5 axes positionnés. La précision obtenue sans rectification est de qualité 6 dans les +/- 5 microns imposés par l’aéronautique.

Le défi technique que s’est imposé PMD Vallon était d’évoluer du métier de fraisage vers le tournage/fraisage afin de réduire le nombre d’opérations et, par conséquent, le cycle de fabrication. « Avec la machine OKUMA, on peut terminer une pièce en un seul montage, » argumente Etienne Vallon. « Avec COdeM, le défi technique était d’aller au bout des choses, par exemple avec la gestion des 180 outils disponibles. Le Mac Turn 350 n’est pas une machine comme les autres. Nous étions très exigeants mais je dois dire que je suis très satisfait de notre collaboration avec COdeM et OKUMA. »

« En interne, ce besoin d’ouverture technique et d’évolution du métier a nécessité beaucoup d’investissement humain avec la découverte du tournage / fraisage et des formations sur le tas. » Le pourcentage de tournage est supérieur au pourcentage de fraisage sur la machine OKUMA. Le service Méthodes de PMD Vallon, équipé des logiciels de CAO Solidworkds et Topsolid de Missler, est composé de 5 personnes : 3 personnes dédiées au fraisage, 1 pour le tournage/fraisage et 1 pour le tournage. Un expert (ancien chef d’atelier) se rend au moins un jour par semaine dans l’entreprise afin d’assurer une parfaite transmission du savoir-faire au sein de l’entreprise.

Nouvel équipement, nouvelle façon de travailler, l’équipe travaille pour l’instant en 2/8. La charge de la machine OKUMA sera complète fin 2011 avec des gains de temps attendus de l’ordre de 20% par rapport à l’ancien process. En 2012, Etienne Vallon prévoit d’adosser à la machine OKUMA un robot portique de chargement/déchargement. L’année 2012 sera, en effet, consacrée à l’automatisation de tout ce qui est possible.

Téléchargements

Cliquez sur Image HD puis clic droit “Enregistrer sous”. Pour l’image en BD, clic droit sur l’image du haut.

Document Word